Groupe Photo Malraux - GPMT

Bienvenue sur notre site d'amateurs de photographie

TOUL - Meurthe et Moselle  -  http://www.gpmt.fr

 

De l'art photographique

Ne dit-on pas qu'on présente des oeuvres à un concours photographique ?

 

 De l'éducation

           Deux exemples :

               - Dans les restaurants asiatiques, on peut souvent admirer des peintures ou des sculptures qui nous paraissent étranges : les perspectives, notamment, ne sont pas celles dont on a l'habitude en Europe.
               - Même sans connaître la langue, ou peut lire de l'anglais ou de l'allemand. Mais, peut-on lire de l'arabe, du mandarin ou de l'hébreux ?

 

          En fait, notre façon de vivre, notre histoire, notre éducation nous entraîne dans des modes de compréhension bien spécifiques du monde qui nous entoure.
          Depuis notre plus petite enfance, nous apprenons dans un système de valeurs bien à nous, qu'on le respecte ou pas.

          Dans tout ce dédale de construction de la personnalité, nous apprenons aussi à lire des images.
          Mais, tout est si bien ancré en nous que cela devient «des automatismes» : nous ne nous en rendons plus compte.

 

 

 La photo, c'est de l'art ?

           La photographie est un mode d'écriture. Particulier, mais c'est, comme l'écriture, un mode d'expression.

          Comme la peinture aussi. A ceci près que prendre un pinceau pour faire une toile, c'est bien plus compliqué que d'appuyer sur un bouton qui, en plus, est bourré d'automatismes pour presque tout faire à notre place.

          Une photo, c'est comme un tableau : c'est une image. Point !
          Depuis la Renaissance, donc depuis plusieurs siècles, on a l'habitude de lire des images, dans un système de valeurs bien établi.
          A ceci près que le système nous est tellement familier que nous ne le connaissons pas : il est un automatisme. Comme la marche qui est la gestion inconsciente d'un déséquilibre, nous lisons les images dans un brouillard de connaissances que nous ne sentons plus.

          Mais ! Si nous souhaitons devenir des photographes, autres que les photographes de famille , nous devons prendre conscience des règles et les utiliser.

De la copie à l'Art mineur

          De fait, un appareil photo fabrique une image de ce qu'il voit.
      Si, par exemple, il voit un tableau de Dali ou de Picasso , l'image qu'il construit n'est qu'une copie du tableau. Et, comme le tableau «est beau» , la copie aussi «est belle».

         C'est quand l'appareil copie ce qui n'est pas déjà préparé par un véritable artiste que les choses se gâtent ! Et, par hasard ou par malchance, dans 99,99% des cas, le photographe ne copie pas une oeuvre d'artiste !

       Morale de l'histoire : si le photographe souhaite proposer des «oeuvres d'art» il lui faut connaître et appliquer un minimun de règles artistiques.
          Ce minimum étant le minimum d'un minimum déjà bien étriqué, à comparer au travail que doit fournir un peintre ou un sculpteur, considérons que la photographie est un art mineur. Comme la chanson de variété est un art mineur à côté de l'opéra (cf Gainsbourg), la photographie est aussi un art mineur à côté de la peinture ou de la sculpture.

 

   

A minimum minimorum...

          ... peut-on espérer que si nous voulons faire (je n'ose pas écrire créer !) des oeuvres, sinon des oeuvres d'art, il faut apprendre à écrire «photographie».
          Et quand on saura écrire «photographie», on pourra faire des exercices de style qui deviendront peut-être de l'art.

          Cet apprentissage, qui n'est jamais terminé, commande plusieurs choses :
- apprendre à se servir des outils du photographe
- apprendre les règles d'écriture des images (là, ce n'est pas réservé à la photographie !)
- prendre pour acquit qu'une photo se prépare AVANT de déclencher.
- accepter que les lecteurs disent qu'ils ne comprennent pas ce qu'on a voulu dire.
- apprendre à dire quelque chose avec une photo.

          Dans notre malheur, il reste un espoir : nous nous retrouvons pour apprendre à faire des images, voire des oeuvres, peut être des ouvres d'art.
          Dans cette recherche, certains ont un peu d'avance. Mais ...
          L'objectif du Groupe Photo Malraux c'est justement de proposer les conditions d'avancer. Tous ensemble.

 

   

Alors ! Le programme ?

          Des parties du programme peuvent s'apprendre. Comme :
- les règles de composition
- les règles de construction d'une action
- la gestion de la lumière
- ... etc.

          Mais, d'autres sont et resteront personnelles :
- la vision des choses
- l'acuité visuelle pour voir «la chose» qui fera ou ne fera pas la photo
- le sens artistique quoi.


          N'oublions pas qu'on ne peut sortir des sentiers battus que si on connait ces sentiers !

 

   

Vous avez dit : « Communication » ?

          La photographie, si elle fait partie de l'art, elle est aussi une composante des médias . Elle sert donc à communiquer.

          Ipso-facto : une photographie doit raconter quelque chose.

          Et le lecteur doit savoir interprêter ce quelque chose.
          Ce qui signifie que si, en tant que photographe, on doit savoir écrire une image , il convient que le lecteur sache lire une image.
          Et pour qu'on se comprenne, il faut que le langage entre photographes et lecteurs soit commun.

          C'est un peu comme pour le vin : apprécier un vin, c'est facile : j'aime ou je n'aime pas. Etre capable de reconnaître toutes les qualités d'un vin, cela s'apprend !

          Donc : apprenons à parler photographie.